les olives

C’est une « olivette » au pied de la colline. Les oliviers y ont été plantés après le terrible gel de l’hiver 1956. Les oliviers ne demandent pas beaucoup de travail mais il faut quand même entretenir le terrain, tailler les arbres et récolter les olives.

2cv oliviersoliviers

On commence la récolte des olives vers la Toussaint, dès que le moulin est ouvert. Les olives ne sont plus tout à fait vertes mais pas encore complètement noires, on dit qu’elles sont « tournantes ». Les olives noires font une huile plus acide et moins fruitée.

rameau olivespanier olivesolives tournantes

La récolte, c’est un peu une course contre la montre. Il faut avoir fini avant la fin décembre, avant la fermeture du moulin, avant le gel… On peut ramasser jusqu’à 7 kg à l’heure à la main. 7kg, c’est presque un litre d’huile. Et il ne faut surtout pas mettre des feuilles ou des olives avariées. Mais si les olives sont petites et qu’on taille en même temps, alors c’est beaucoup plus long. Parfois il fait froid, parfois il pleut. Il existe bien des secoueurs mécaniques, c’est cher, ça fait du bruit, ça fait tomber beaucoup de feuilles et il faut trier.

olivesolives étalées

Si on arrive à porter 300kg en une fois, le moulin fait une mouture séparée et on est sûr d’avoir l’huile de nos olives. Sinon les olives sont mélangées.

moulin

Le moulin est à côté de chez nous. Autrefois il fonctionnait avec l’énergie du ruisseau. Avec le coût de la mouture, l’huile revient à 2,50€ le litre environ. Si on compte le temps de travail, ça fait une huile  bien chère. Ce n’est pas juste : on trouve au supermarché local une huile bio à 4,30€, elle vient de Tunisie où le travail ne doit pas être bien payé. Parfois tout ce travail paraît dérisoire. Pourtant c’est essentiel : La terre donne du fruit qui nous nourrit. récolter le fruit de la terre c’est une forme de respect envers elle. C’est aussi un travail millénaire qui nous relie à nos lointains ancêtres, ça a du sens…olivierdessin de Colette Denizet

On serre à la cave 100 litres les bonnes années. L’huile sert beaucoup dans la cuisine. On fait aussi de la confiserie avec les olives vertes et avec les noires.

les pommes

Les vieux pommiers sont fatigués mais quand vient le printemps ils se couvrent de fleurs.

fleurs
avril 2008 00réduit4

Il faut du temps, il faut du travail, il faut accepter de ne pas tout maîtriser, de partager avec les carpocapses qui pondent leurs oeufs sur les jeunes pommes. pommesFinalement, ça fait souvent pas mal de pommes. Les plus belles vont dans le fruitier à la cave et on en mangera jusqu’en mars.septembre 2010 003réduitOn fait aussi de la gelée, des confitures, des bocaux de compote, de la pâte de pommes.

geléepâte

Avec un déshydrateur on peut sécher les pommes et les conserver dans des bocaux tout l’hiver. C’est long d’éplucher et de couper en rondelles mais c’est délicieux.pommesbocal pommesbocal pommes 2bocal pommes 2Avec un peu de matériel et de temps on fait du jus de pommes.

septembre 2010 047réduitseptembre 2010 049réduitC’est du travail. Mais c’est du vrai travail : C’est pour se nourrir, pour offrir, ça vient de la terre, de notre terre, ça a du sens.

FD

le vélo

Il y avait un temps où le vélo était indispensable à la campagne.

Il a été un symbole de liberté pour notre jeunesse. Le vélo permet d’aller loin, plus vite qu’il n’y paraît et ne coûte que l’effort de le faire avancer. Il ne s’agit pas de sport, à la campagne le sport est incongru. Il s’agit de se déplacer pour aller quelque part ou pour se promener, pour voir ailleurs. Et ce sont des milliers de kilomètres qui se sont accumulés dans les jambes et d’excellents souvenirs : une traversée de la France, les pistes de la Sainte Victoire et les petites routes de l’arrière pays.

Dans la benne à métaux de la déchetterie il y a toujours au moins un vélo, le plus souvent récent, jeté là de façon aussi incompréhensible que scandaleuse. Le vieux vélo que le père utilisait pendant la guerre a été ressorti du grenier où il avait été remisé parce qu’on ne jette pas un vélo. Il a été entièrement démonté jusqu’à la dernière bille du pédalier. Le carrossier a bien voulu repeindre le cadre pour une somme modique. Et il a été soigneusement remonté en gardant le plus possible d’accessoires d’époque et en ajoutant quelques accessoires Brooks.

janvier 2011 015réduitjanvier 2011 020réduitjanvier 2011 021réduitjanvier 2011 022réduit

Les chemins de la liberté restent ouverts…

le pain

Faire son pain est une drôle d’idée quand on peut en acheter et en congeler. Mais faire son pain c’est un besoin… Pas dans une machine à pain parce qu’il faudrait utiliser des levures sélectionnées. Le mieux, c’est d’utiliser un levain naturel, celui qu’on obtient en laissant fermenter un mélange de farine et d’eau et qu’on garde d’une fois sur l’autre au réfrigérateur en le rafraîchissant. Le pain obtenu avec un levain naturel a un parfum délicieux. Farine bio, eau, huile d’olive, sel de Guérande et levain, c’est tout. L’idéal serait d’acheter du blé bio et de le moudre avant de faire le pain. En effet, la farine s’oxyde assez rapidement et perd ses qualités.  Avec un petit pétrin de laboratoire, mélanger et pétrir se font tout seul, mais quel plaisir de finir à la main ! Le seul problème, c’est le temps de pousse pendant lequel la pâte va fermenter. La solution la plus simple c’est de jouer sur la quantité de levain de départ et sur le temps. Quant à la cuisson, elle embaume la maison et sonne le rappel pour le dîner. Avec une anchoïade la première miche est rapidement entamée mais il n’en restera rien avant la fin du repas…novembre 2008 003réduitnovembre 2008 006réduit

la 2cv

La 2cv fait partie du monde rustique de la campagne. C’est une voiture incomparable. C’est l’essence même de la voiture. En plus de son aspect sympathique et vieillot, la 2 cv et une voiture irremplaçable : économique et très agréable à conduire… 2cvsauveclare réduitDSCN0865réduit

On lui reproche d’être polluante. Si on compare ce qui sort du pot d’échappement d’une 2 cv avec ce qui sort du pot d’échappement d’une voiture moderne c’est vrai. Mais, si on met dans la balance tout ce qu’une voiture moderne de plus d’une tonne contient de matériaux, et toute la pollution qu’il a fallu provoquer pour les produire, les 600 kg de la 2 cv ne sont peut-être plus si polluants dans le bilan global.

Avec la 2cv, on évite les grands axes, les heures de pointe. On n’hésite pas à faire quelques kilomètres de plus pour prendre cette petite route à l’écart, à rouler à vitesse réduite, à admirer le paysage, capote repliée en été. C’est une manière d’être dans ce monde sans être complètement dépendant de ce monde.

octobre 2010 075réduit

octobre 2010 069réduit

L’important, ce n’est pas d’aller vite, c’est d’aller bien.

bienheureuse figue

Fin juin, c’est le temps béni des figues. Le sujet fera sourire  ceux qui ne connaissent pas la générosité sans limite de ce fruit. Autant la figue peut être détestable quand elle n’est pas mûre ou quand elle est  avariée, autant ses saveurs  et sa texture sont un délice. Paul Valéry pensait-il à une figue quand il écrivait dans le « Cimetière marin » :

Comme le fruit se fond en jouissance,

Comme en délice il change son absence

Dans une bouche où sa forme se meurt,…

juin 2011 006 réduitEn Provence on dit (on disait) que la figue doit être comme une une pauvre vieille : elle doit courber la tête, être toute ridée et sa robe doit être déchirée. Si beaucoup de personnes n’aiment pas les figues, c’est qu’elles n’en ont probablement pas mangé qui soient succulentes et bien mûres. Ce fruit est irrésistible ! mais intransportable et impossible à garder au-delà de quelques heures. Les meilleures ce sont celles qu’on mange dans l’arbre…

figues

Ce sont les pies qui en mangent le plus. Pour elle c’est la belle saison. Les lapins, les renards et les sangliers viendront la nuit pour manger les fruits tombés. Leurs excréments laissent voir les petites graines qui n’auront pas été digérées.

C’est un arbre qui ne demande aucun travail, aucun arrosage, et qui donne en abondance chaque année et, pour les variétés « bifides », début juillet et fin août.  Il y a 3 sortes de figues : les noires, les blanches et les grises et beaucoup de variétés. Certaines sont tout simplement infectes. Il est assez facile de bouturer un figuier et de s’assurer ainsi de la pérénnité d’une variété succulente.

Ce sont les figues d’août qui sont les meilleures : elles sont plus sucrées et elles n’ont pas absorbé l’humidité des nuits de septembre. Quand on va chercher les figues, on s’arme d’un panier en osier qu’on tapisse de feuilles de figuier pour ne pas blesser les fruits. C’est le parfum du feuillage qui est le premier plaisir. Ensuite, on goûte une figue , puis une autre… en se demandant toujours si ce n’est pas la suivante qui sera la meilleure. Le retour est lent, le panier est lourd et si les figues mangées jusqu’à plus faim ne procurent pas d’ivresse, elles provoquent une sorte de réjouissance bienheureuse et peut-être, inconsciemment, le rêve d’une Terre mère, d’un paradis terrestre…

Une grande partie des figues va finir en confiture mais il y a bien des recettes à explorer.

DSCN1400bisréduitseptembre 2010 023réduitUn peu de confiture avec un fromage de Roquefort et un verre de vin rouge, c’est un délice de gourmet.

La poêlée de figues est très  facile à cuisiner  : faire revenir des oignons émincés dans un peu d’huile d’olive à feu très doux avec des herbes de Provence, ajouter un filet de vinaire, ajouter les figues coupées en deux, saler, poivrer, ajouter du coriandre, laisser mijoter à couvert.figues

Avec un petit déshydrateur on peut sécher les figues et en consommer tout l’hiver. Il est préférable d’attendre les figues de la fin août qui sont plus sucrées et de les cueillir en fin de journée. Il ne faut pas hésiter à les mettre à sécher pendant 2 nuits ou 24 heures ou plus.  Dans des bocaux bien fermés, elles se garderont mieux et il sera toujours possible de les surveiller sur les étagères de la réserve.

lien

FD

Une campagne, une histoire, la vie rustique en Provence