Archives de catégorie : Non classé

lever de soleil sur les collines

Le soleil se lève et illumine les collines à l’Est. Encore couvertes de restanques dans les années 50, la forêt de pins les a reconquises. La colline a brûlé un 14 juillet vers 1965. Ce jour-là, Bernard a emmené Frédéric au feu. C’était très impressionnant. Toutes les cigales s’étaient réfugiées dans l’oliveraie au pied de la colline et faisaient un vacarme qui couvrait le bruit de la fournaise.

collines

Les collines font un décor qui manque à la plaine et qui est moins oppressant  que les hautes pentes des montagnes.

FD

reflets

Sur le mur…

muraoût 2011 018

Sur le gravier…gravieraoût 2011 019

Sur l’eau…eauaoût 2011 020

Sur les tomettes…tomettesaoût 2011 022

Sur le pouf  en cuir…

août 2011 024

Sur le mur…mur2août 2011 026

Sur la nappe…

août 2011 028

C’est la lumière qui danse avec les ombres. Ce sont les ombres qui rêvent. Ce sont les rêves qui dansent dans la nuit du sommeil ou les pensées dans la lumière du jour. C’est le changement dans la permanence, le temps qui joue dans l’espace, la musique du temps immobile, des papillons de lumière à la surface de la conscience, la métaphore de ce que les mots ne savent pas dire…

le puits

C’était l’unique point d’eau de la maison jusque dans les années 1970.puits5

Il n’est pas très profond, probablement moins de 10 mètres. Une lourde manivelle entraînait une chaîne munie de bouchons qui plongeait dans le puits. En remontant dans un tuyau au diamètre des bouchons, la chaîne poussait l’eau vers le haut.

puits2puits6

C’est par l’arrière qu’on peut voir le puits lui-même.puits7

L’eau sortait alors dans la fontaine.puits3

En été, le petit Frédéric était chargé d’aller chercher de l’eau avec la cruche. Il était obligé de donner beaucoup d’élan à la manivelle parce qu’il était trop petit pour la suivre en haut. Quel bonheur d’entendre l’eau couler après de gros efforts et quelle fierté de rapporter sur la table familiale la cruche débordante d’une eau bien fraîche.

Entre les deux guerres, le puits a été équipé d’une pompe électrique qui montait l’eau dans une cuve au grenier pour desservir 2 robinets  et une chasse d’eau dans la maison. La pompe amenait aussi l’eau au lavoir à l’époque où il n’y avait pas encore de machine à laver :puits4C’est là que les femmes s’échinaient à laver tout le linge, y compris les couches des bébés. La première machine à laver est arrivée à la fin des années 50.

Bernard Denizet a sculpté un autoportrait qu’il a placé au-dessus de la poutre du lavoir et qui nous domine de son regard sévère.puits1Colette a pris à l’époque (au début des années 1970) une photo (malheureusement « bougée ») de Bernard en train de sculpter.diapoBernard était vraiment doué pour la sculpture. En finissant son oeuvre, il a malheureusement cassé l’aile droite du nez. Il faut se souvenir que Bernard est tombé à cet emplacement très précisément, le 26 décembre 1981 en taillant le platane, il a agonisé dans les bras de son fils Frédéric qui est resté seul auprès de lui.

FD

le ruisseau

C’est en fait un canal très ancien qui servait à faire fonctionner des moulins aussi bien qu’à l’irrigation. Il est capté dans le village, près du château des Vintimilles et va se perdre dans la campagne.

Il passe sous la maison :ruisseauAutrefois, il récupérait toutes les eaux usées du village, c’était un cloaque nauséabond. Les conserveries Jean-Guy y déversaient leurs saumures et la distillerie Roc-Maures ses fonds de cuves.

Le ruisseau coule vers le moulin à huile :
ruisseau1

L’eau est maintenant propre. On peut voir des insectes aquatiques et des petits poissons. Une anguille est même passée un jour au pied de Frédéric, stupéfait de cette apparition inattendue.

Un coin tranquille a été aménagé au bord du ruisseau à l’ombre du grand marronnier :ruisseau3

L’eau sert à l’arrosage grâce à une grosse pompe.

Malheureusement des ragondins « Myocastor coypus » s’y sont installés. Ces rongeurs sont des opportunistes dangereux pour la biodiversité. Ils ont notamment éliminé toutes les grenouilles qui avaient reconquis le ruisseau. On fait tout pour qu’ils ne se sentent pas bienvenus…

FD

le gnomon

Il y avait un cadran solaire sur la façade de la maison. Il a disparu avec le ravalement des années 60. Heureusement, le gnomon a été conservé dans un coin obscur du grenier et ressorti depuis peu.gnomonAvec des ancêtres horlogers on aime forcément les gardes temps et les planetariums.planetariumC’est magnifique mais inabordable. Alors on peut toujours bricoler avec un vieux mécanisme de réveil et un taille-crayon montés sur un support à 23°. La Terre tourne sur elle-même en 24h :terrariumterrarium2D’autres projets mûrissent…

FD

le visage sculpté

Il est là depuis toujours. Qui l’a sculpté ? Quand ? Pourquoi ? Vient-il de l’ancienne abbaye dont la tour hexagonale est le seul vestige ou d’un édifice plus ancien encore comme nombre de pierres de remploi ? Est-il là pour nous protéger ? ou pour chuchoter aux ancêtres nos faits et gestes ?tête1tête2Il a été épargné par le ravalement des années 60 :tête3

Frédéric est assis, à gauche, juste dessous le visage sculpté qui est dans l’ombre.

Il garde sa part d’ombre.

FD