Archives de catégorie : mode de vie

La République des Sigalloux

La République des Sigalloux

Le monde dans lequel nous vivons et dont nous dépendons ne nous convient pas. Au-delà, il est incompatible avec notre morale et notre éthique. Notre morale juge le Bien et Mal selon le sens commun. L’éthique juge le Bien et le Mal selon la raison. Nous sommes à la fois en opposition avec le système politique, les gouvernements et le peuple qui alimente ce système.

Afin de ne pas cautionner ce qui se passe dans notre monde et dans l’espoir de rendre possible un monde durable et meilleur, nous faisons sécession et déclarons la République Libre et Indépendante des Sigalloux.

Constat :

le monde a profondément changé après plusieurs révolutions majeures, la République n’a pas suivi.

l’individuel a occulté le collectif,

les droits ont occulté les devoirs,

la multiplicité des lois a tué l’esprit des lois,

le divertissement a supplanté la connaissance,

l’argent est la seule valeur universelle,

l’éducation ne fait plus la promotion de l’enfant,

le présent ne permet plus de penser l’avenir.

La République des Sigalloux n’est pas un territoire, ce n’est pas une communauté idéologique, c’est une communauté d’engagement au service de la vie dans toutes ses dimensions, et dans la durée.

La vie est sacrée dans toutes ses dimensions, et dans la durée. La vie humaine est sacrée. Si la vie n’est pas sacralisée, elle deviendra une marchandise au service d’intérêts individuels.

La nature sacrée de la vie suppose que ni le collectif, ni l’individuel ne sont la mesure de toute chose. La nature sacrée de la vie suppose un ordre supérieur et il appartient à la liberté de chacun de penser ou de croire que cet ordre supérieur est matériel, surnaturel, spirituel, religieux, éthique ou autre.

Il n’y a donc qu’une seule loi : respecter la vie, la sienne, celle des autres et toute la vie du monde, des animaux, des plantes, des êtres animés ou inanimés. Respecter la vie présente, la vie passée et la vie à venir sur le plus long terme.

La démocratie représentative a vécu : Elle était adaptée à un monde dans lequel le peuple ne savait pas lire et l’information était diffusée trop lentement pour être prise en compte. Le citoyen donnait son vote à un représentant censé représenter ses idées, ses croyances… mais qui pouvait détourner ce mandat à son profit. Le système des partis a perverti la démocratie représentative.
La République des Sigalloux est une démocratie participative parce que chacun a les moyens de faire connaître son opinion et les opinions sans fondements peuvent être invalidées. Dans une démocratie participative, on ne donne pas son suffrage à un élu pour qu’il change les choses, on change directement son comportement pour que le monde change. Dans une démocratie participative, le citoyen agit de manière positive et ses actes ont plus de portée et de sens que ses votes. Dans une démocratie participative, ceux qui sont contre la dictature de la pensée n’ont pas de récepteur TV, ceux qui sont contre le capitalisme n’achètent pas Coca, Nike… ceux qui sont contre le chômage achètent des produits locaux, ceux qui sont contre la pollution achètent des produits bio et ainsi de suite… et le monde change.

Ébauche d’une charte de citoyenneté

La République des Sigalloux n’oblige à rien et n’interdit rien tant que le caractère sacré de la vie est respecté. Chacun est libre de ses idées mais chacun fait évoluer ses comportements.

La République des Sigalloux propose une charte de citoyenneté concrète, accessible à tous et évolutive selon les connaissances et selon la connaissance des conséquences des activités humaines qui peuvent dériver vers le mal.

En matière de comportement :

Le respect est la règle fondamentale.

La politesse est arbitraire mais elle est indispensable dans la vie sociale.

La liberté individuelle est fondamentale. C’est un droit inaliénable.

La liberté individuelle ne peut en aucun cas limiter la liberté des autres.

La liberté individuelle est une liberté privée en aucun cas une liberté publique.

En matière d’alimentation, de préférence :

Acheter des produits locaux pour que la transaction profite au producteur, pour qu’il y ait un lien responsable entre le producteur et le consommateur, pour que la fraîcheur du produit frais profite au consommateur, pour éviter les coûts environnementaux des transports.

Acheter des produits bio pour limiter les conséquence sur l’environnement. Ne pas oublier que si les produits bio ne sont éventuellement pas meilleurs pour la santé, ils sont toujours meilleurs pour les sols et l’environnement.

Acheter des produits de base plutôt que des produits transformés.

Acheter des fruits et légumes de saison.

Limiter la consommation de viande, poissons et dérivés de l’élevage.

En matière de consommation, de préférence :

Acheter des produits locaux.

Acheter des produits durables.

Acheter des produits réparables.

Acheter des produits qui rendront vraiment service.

Acheter des produits recyclables.

Acheter des produits en matériaux naturels ou pérennes.

En matière de transport, de préférence :

Utiliser les transports en commun quand c’est possible.

Utiliser le train plutôt que l’avion.

Utiliser la voiture avec discernement.

Privilégier absolument la sécurité sur la vitesse.

Adopter une conduite économique.

Respecter la totalité du code de la route qui a défaut d’être parfait est un cadre parfaitement défini.

En matière d’éducation :

L’éducation est un droit fondamental, c’est aussi un devoir pour l’ élève de respecter ses enseignants et les matières enseignées même s’il n’en comprend pas toujours l’utilité.

Les parents bénéficient du droit à une éducation gratuite pour leur enfant. Ils ont le devoir de valoriser cette éducation. Ils doivent être un modèle pour leurs enfants par leur comportement, leur langage…

L’éducation relève essentiellement de la cellule familiale. Dans l’éducation il y a la nécessité de définir un cadre à respecter. C’est dans la cellule familiale que s’apprend la différence entre le Bien et le Mal.

En matière d’éducation, aucun objectif n’est trop élevé.

Une ébauche des moyens :

La république des Sigalloux est centrée sur les Jardins Sigalloux qui sont un lien de rencontre, de partages et d’échanges organisés par l’association : stages, ateliers de bénévoles, ateliers de jardinage par 2 jardiniers formateurs, bourse aux plantes, journée du bien être, concert estival, journées « Rendez-vous aux jardins ». Toutes les activités ont pour but de créer du lien social positif et de renouer avec la nature qui nous nourrit.

La République des Sigalloux s’appuie aussi sur l’espace-test en maraîchage biologique avec une orientation en permaculture. Ce lieu de production est aussi un lieu pédagogique pour permettre à ceux qui le souhaitent de voir la travail de la terre et d’y participer. L’espace-test permet à un jeune agriculteur de se tester au métier dans des conditions intéressantes pendant 1 à 3 ans. Ce lieu peut produire des légumes pour un certain nombre de familles qui souhaitent soutenir une production locale, bio en bénéficiant d’une fraîcheur optimale. Ces personnes seraient assurées d’être approvisionnées en légumes. Elles pourraient être sollicitées pour aider le maraîcher ponctuellement. L’espace-test doit redémarrer à l’automne 2019 après une profonde transformation pour intégrer les méthodes de la permaculture.

A créer :

Une coopérative ou groupement d’achats de produits de base, sains et de préférence locaux. Par exemple, la coopérative pourrait avoir une cuve réservée dans les bâtiments de la coopérative oléicole pour pouvoir fournir ses adhérents en huile d’olive. Il manque des personnes pour créer et animer cette coopérative.

Des ateliers pour fabriquer, recycler, entretenir ou réparer dans différents domaines, que ce soit la couture, la menuiserie ou la mécanique…

Une école d’éducation globale centrée sur la culture et la nature. Le projet pédagogique de cette école est rédigé. Il manque des personnes pour le porter.

Une monnaie locale, le Sig. Le Sig vaut 1 heure de travail avec un coefficient de pénibilité et un coefficient de moyen si ce travail demande des outils dont l’amortissement est important. Il n’y a que le travail qui puisse créer de la valeur. La valeur d’un objet est liée au temps de travail qu’il a nécessité.

A propos du « burkini »

Dans son article du 27 août 2016, le journal Le Monde titre : Burkini : une victoire de l’Etat de droit

Selon le Conseil d’Etat, l’arrêté municipal interdisant le port du burkini  a « porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle ».

L’argument est incontestable en soi.
Néanmoins, le Conseil d’Etat n’apporte pas la preuve que le port du « burkini » est une liberté individuelle. La notion de liberté s’oppose naturellement à celle de contrainte. Le port du « burkini » apparaît comme une contrainte supplémentaire par rapport au port du maillot de bain : On imagine que ça gêne les mouvements, que ça colle à la peau, que ça dégouline… par ailleurs, le port du « burkini » est lié au contexte d’une religion qui s’appelle « soumission » et qui ne semble pas posséder la notion de liberté individuelle.
Il semble donc que le Conseil d’Etat non content d’éviter de se mouiller, se soit « voilé » la face.
Je décide donc de porter une broche ou un badge en forme de poisson pour exprimer ma liberté individuelle. poisson
Si on me demande pourquoi, je pourrais toujours répondre que c’est mon signe du zodiaque. Comprend qui peut.

Les semis de mars

Les premiers semis sous serre ont démarré début mars.

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tomates :

  • San Marzano convenant particulièrement bien pour les tomates séchées
  • Roma et Rio Grande pour faire les coulis
  • Andine, Merveille des merveilles, Marmande, Saint-Pierre, Noire de Crimée, Cœur de bœuf rose, Cœur de bœuf rouge pour agrémenter nos salades
  • Assortiment de tomates cerise

Les poivrons et piment :

  • Le Petit Marseillais pour les salades de l’été
  • Corno di Toro rosso et Corno di Toro chocolat
  • Piment d’Espelette

Les aubergines :

  • Antiguia, veille variété italienne, blanche striée de violet. A faire rissoler doucement avec de l’ail et du persil pour une entrée ensoleillée.
  • Ronde de Valence

Les concombres :

  • Le Généreux

Les courges et  pastèque :

Nombreuses cette année, Fred a préparé une grande roue dans laquelle seront planté différentes variétés de courges mais également une partie des tomates et des haricots grimpants.

  • Violina , choisie pour son excellente conservation
  • Musquée de Provence
  • Spaghetti végétal pour son originalité
  • Vert Kabocha, ancienne variété au petit goût de châtaigne
  • Butternut au goût de noisette qui fait des potages veloutés
  • Sweet Dumpling au goût d’amande et de châtaigne
  • Carat
  • Sucrine du Berry
  • Lady Godiva inintéressante pour sa chaire mais bien pour ses graines nues que l’on fait rissoler tout doucement dans la poêle pour agrémenter les salades
  • Et puis la pastèque à confire pour faire des confitures

Les  courgettes :

  • Verte des Maraîchers
  • Alberello di Sarzano

Les fleurs et/ou plantes médicinales :

La Valériane utilisée en pulvérisation mais également médicinale, l’hysope mellifère et médicinale, les tagètes pour lutter contre  les nématodes, l’agastache excellente mellifère, les capucines dont les boutons floraux se mangent.

Et puis les salades, les poireaux et l’incontournable basilic.

5