Au sujet du Père Sigalloux… de la sécheresse… et des étoiles

Le père Emmanuel-Charles-Esprit Sigalloux (1686-1744) serait le fils de Joseph Sigalloux médecin à Draguignan qui serait le frère de Mathieu Sigalloux ou de Jean Sigalloux .
Le Père Sigalloux appartenait à l’ordre des Minimes.
Georges Pichard évoque le Père Sigalloux  dans le chapitre « Les météorologistes provençaux au XVIIe et XVIIIe siècle » d’une publication de l’Université d’Aix  :
 Page 262 le nom du Père Sigalloux est associé à celui du Père feuillée.
Page 263  :  « Le Père Sigalloux qui aida ou remplaça le père Louis Feuillée à la fin de sa vie a laissé des observations curieuses sur le temps très sec de l’année 1731. »
Page 266 : « Les volumes d’Histoire et Mémoires de  l’Académie Royale des Sciences » comparèrent les données brutes d’Aix avec celles de l’Observatoire de Paris pendant quelques années. Ces observations furent continuées par un autre aixois, M.
 Bœuf. Conseiller à la Cour des Comptes, dont les lettres fournissent les résultats mensuels des années 1730, 1731, 1732,1733 et 1734. Ce furent-là des années fort troublées par des sécheresses prolongées. Des orages extraordinaires et  généralisés et de désastreuses récoltes en Provence. Ces circonstances ont pu encourager des recherches systématiques : il en fut bien ainsi pour le Père Sigalloux, déjà cité. qui commença à noter ses mesures de pluie à partir du 24 juillet 1731. Jusque là, «la sécheresse avait été fort grande depuis le 1er janvier… et il n’avoit plu en tout dans cet espace de tems, qu’environ 4 pouces d’eau [10,8 cm] en hauteur, en sorte que l’hyver, le printemps  et près de la moitié de l’été s’ estoient passé presque sans pluye… ». Les pluies notées à partir de fin juillet le furent en nombre de tasses et, à côté, en lignes (une tasse=0,1666 ligne = 0,37mm). »
Ici, il est dit que le Père Sigalloux était le neveu du Père Feuillée mais il n’y en a pas de preuve.
Tout comme le Père Feuillée, le Père Sigalloux était aussi astronome.
Dans son livre « Astronomie et astronomes en Provence 1680-1730 » publié aux éditions Edisud, Jean Marie Homet cite plusieurs fois le Père Sigalloux et ses observations.
Une page du journal du Père Sigalloux
Journal du Père Sigalloux, observation des taches du Soleil

Une réflexion sur « Au sujet du Père Sigalloux… de la sécheresse… et des étoiles »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *