une photo ancienne

route mayonsLe cliché a peut-être été pris entre les année 1910 et les années 1930.

C’est la portion de route entre la Campagne Sigalloux et le village du Luc. A l’époque, c’était plutôt un chemin de terre.

On aperçoit bien la tour hexagonale haute de ses 27 mètres. tourAu loin, derrière le bâtiment, on aperçoit la butte sur laquelle se trouvait le village médiéval et son château.détail On peut distinguer un bâtiment et la tour qui a été détruite pendant la construction de l’autoroute. Aujourd’hui la butte est envahie par la végétation et il ne reste plus que des tas de pierres. Un chantier s’applique néanmoins à en faire un lieu de promenade qui sera bientôt ouvert au public.

Sur cette carte postale ancienne on peut voir le village probablement à la même époque et on distingue les deux vestiges sur la butte.le-luc-3

Le bâtiment sur la droite est le moulin de Mitan. Par devant, il y a un mûrier comme partout à cette époque où l’élevage des vers à soie (les magnans) était une activité encore rentable.détail3

Dans la courbe du chemin, une charrette à cheval est stationnée. détail4A sa gauche, un escalier permet d’escalader le talus et d’accéder à un pré en herbe qui appartenait à  la Campagne Sigalloux.

Le long de la route, coule la rivière.détail2Les deux piliers sont l’entrée d’une campagne et ouvrent sur un pont qui enjambe la rivière ou plutôt le ruisseau qu’on appelait « le ruisseau des moulins ». Un enfant est assis sur le bord du pont avec à la main une perche ou une canne à pêche. A ses côtés, une silhouette semble étrangement voilée. Un homme en costume s’est arrêté au bord du chemin, il les regarde ou contemple le paysage.

Un cliché pris approximativement du même endroit nous ramène brutalement à la réalité contemporaine.

routeLa tour n’a pas bougé, les piliers non plus bien qu’ils soient couverts de lierre. Un bâtiment a été construit devant le moulin de Mitan. Un immense cyprès a eu le temps de pousser au bord du ruisseau. On ne voit plus le sommet de la butte. Le chemin de terre est devenu une route départementale sur laquelle passe sans arrêt des véhicules pressés.

Le temps passe et ne laisse que des ombres.

FD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une campagne, une histoire, la vie rustique en Provence