la vocation agricole agricole

la Campagne Sigalloux a une vocation agricole.

La Campagne a nourrit des générations, c’est sa vocation première. Dans un contexte de recul de l’agriculture en général et de l’agriculture vivrière en particulier, cette vocation reste à l’ordre du jour.

Le potager :

Le jardin de plantes aromatiques et médicinales : depuis la nuit des temps, l’Homme s’est soigné avec ce qu’il trouvait dans son environnement immédiat.Les plantes ont été utilisées par les grandes civilisations que ce soit  les Grecs, les Romains ou les Egyptiens à des fins médicinales mais également lors de rites religieux ou païens.

Des plantes  de nos régions comme l’ail ou le romarin étaient utilisées par les Anciens notamment pour se protéger lors des épidémies de peste. Ce savoir empirique qui perdurait dans nos campagnes s’est perdu, peu à peu, en faveur de produits pharmaceutiques.

Il  n’est d’ailleurs pas anodin de signaler que de nombreux médicaments utilisés aujourd’hui sont extraits de plantes. Environ 50 % à 60 % des produits pharmaceutiques sont d’origine naturelle ou sont synthétisés à partir de produits naturels (Verlet 1990, Balandrin et al., 1993).

Pourtant,  ce savoir ancestral, basé certainement sur  l’expérimentation et sur l’observation de la nature,  a été corroboré par de nombreuses études scientifiques. Les propriétés médicinales des plantes sont dues à des réactions chimiques complexes. Les plantes synthétisent ce dont elles ont un besoin vital, ce sont les métabolites primaires mais elles fabriquent également des métabolites secondaires qui les protègent des prédateurs, des bactéries, des champignons et  limitent la concurrence des autres plantes. Ce sont ces composés qui rendent la plante bénéfique à notre santé ou au contraire la rendent toxique.

Il est dommage de laisser se perdre ce savoir-faire ancestral.

Le jardin de plantes médicinales aura pour vocation de réunir des plantes permettant de soigner les « petits bobos » du quotidien, de présenter des plantes que nous croisons tous les jours sans nous douter de leurs propriétés curatives. Apprendre à les reconnaître, à les reconnaître, à les  utiliser et parfois à s’en méfier.

Il était tout naturel d’adjoindre à ce jardin de « simples », un carré d’aromatiques. De nombreuses espèces telles la sauge, le thym, le romarin, le basilic et autres herbes servent à combler nos papilles gustatives mais sont également de bonnes compagnes pour notre santé.

Les légumes : le potager regroupe les légumes courants dans l’alimentation. Les plants sont obtenus à partir de semences bio. Il est cultivé sans pesticides : ni engrais, ni herbicides, ni insecticides… Il nourrit les propriétaires. Il peut servir de support aux activités pédagogiques envisagées.  On peut y voir tout le cycle des plantes de la semence à la récolte.

Les vergers :

les vergers regroupent les principaux fruits de notre alimentation mais aussi des fruits moins connus comme les kakis, les nèfles, grenades, jujubes… On peut voir le cycle complet de l’arbre du bourgeon au fruit. Les vergers sont cultivés sans pesticides.

Les céréales : à développer.

Le projet consiste à produire 100 à 200 kg de céréales pour les besoins de la maison mais aussi pour permettre des animations pédagogiques pour voir le cycle complet de la semence à la panification.

Le bois de chauffage :

Ce sont essentiellement des frênes qui sont plantés progressivement pour fournir une partie de l’énergie dont la maison a besoin pour le chauffage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une campagne, une histoire, la vie rustique en Provence