l’achat des oliviers de la Lauzade 1818

acte 1818 1 acte 1818 2 acte 1818 3

 

 

L’an dix-huit cent dix-huit, et le cinq mai. Devant nous Mattieu Gerfroy notaire royal du département du Var, de résidence en la commune du Luc et témoins soussignés,
a été présent Sieur François Etienne Savournin marchand, demeurant et domicilié dans cette commune,
lequel a vendu et aliéné en faveur de dame Thérèse Pellicot veuve de Monsieur Pons Charles Sigalloux avocat et notaire, demeurant et domicilié en la commune de Flayosc ici présente un fond de terre oliviers, arbres fruitiers, vignes, que le dit Sieur Savournin possède à titre de propriétaire en ce terroir quartier de la Lauzade
confrontant le ravin, les biens de l’hoirie Sigalloux, et autres confrons s’il y en a tant qu’il contient, ensemble les droits et facultés en dépendant, franc de serviture, franc pareillement d’arrêtage, des contributions publiques du passé jusqu’à ce jour.
Cette vente est passée au prix de trois mille quatre cents francs, que le dit Savournin dit avoir reçu de la dite dame Pellicot Sigalloux présentement en numéraire au vu de nous notaire et témoins, dont il l’acquite sans espoir de recherche de l’immeuble aliéné, cette dernière entrera en possession et jouissance dès à présent à l’exception des semés *** qui sont exceptés de la vente et réservés au vendeur les évaluant en tant que de besoin à soixante francs.
elle en jouira paisiblement, le vendeur lui a promis la garantie de droit envers et contre tout qu’il appartiendra et a déclaré expressément que l’immeuble par lui transmis est franc de toute hypothèque conventionnelle et judiciaire, par la présente *** et lue aux parties au dit Luc, dans la maison des dits hoir Sigalloux au premier étage sur le devant rue de la boucherie, en présence de Sieur Joseph Jacques Blanc tanneur, et Jean Baptiste Esquier marchand tailleur d’habits demeurant et domicilié au dit Luc, témoins signé avec les parties et nous notaire signé Sigalloux Pellicot, Savournin, Joseph Jacques Blanc, Esquier, Geofroy notaire.
Enregistré à Lorgues le huit mai an 1818…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une campagne, une histoire, la vie rustique en Provence