Quel avenir pour la Campagne Sigalloux ?

La campagne Sigalloux n’est plus une propriété de rapport. Elle ne rapporte plus d’argent, elle coûte cher à cause des charges (taxe foncière, entretien). Elle a été morcelée par les expropriations, les ventes et les partages. Néanmoins, la maison et ses 3,5 hectares sont préservés. La propriété rapporte des biens en nature : bois, huile, fruits, légumes… Ce n’est pas non plus une propriété de loisir parce qu’elle demande beaucoup de travail pour son entretien.

Frédéric souhaiterait éviter de nouveaux morcellements et rendre impossibles de nouvelles expropriations. Il voudrait que ce bien reste dans la famille. S’il en sort, il y a bien peu de chance que ses descendant puissent acquérir un jour ce genre de bien.

Il souhaiterait que la campagne soit une unité de subsistance même si l’autarcie n’est pas recherchée. Il voudrait que la conjugaison de l’agrément et du travail fasse de la campagne un exemple d’un nouveau mode de vie. La pérennisation de ce projet reste hypothétique. Elle n’est possible que si la campagne devient un patrimoine culturel majeur de la commune en restant privé et en devenant rentable. A long terme, un classement en jardin remarquable préserverait la campagne et son projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une campagne, une histoire, la vie rustique en Provence