Archives par mot-clé : brouette

Deux mondes

Un seul outil, la brouette, mais deux mondes face à face :

A gauche la brouette ancienne que j’ai toujours vue à la campagne et qui a donc au moins 60 ans. Ses boulons forgés témoigneraient plutôt d’une construction dans la première moitié du XXième siècle.  Elle a probablement été fabriquée par un menuisier local avec du bois local. Bernard avait remplacé la roue pleine par une roue pneumatique donnant à cet objet ancestral son ultime perfectionnement.

A droite la brouette moderne qui a peut-être 5 ans maintenant. C’est une fabrication « française. Elle a l’avantage d’être légère et d’avoir été payée un prix très raisonnable.

Ce sont deux mondes qui ne partagent que le nom et, au moins en partie, la fonction et que tout oppose :

L’artisanal / l’industriel. Même si la brouette ancienne a été faite selon un plan commun à son époque, elle est quand même unique.

J’admire le travail du ferronnier qui a battu le fer et l’a ajusté parfaitement. Même les boulons et écrous étaient faits sur place à l’unité.

Le durable / le jetable. Quand on va à la déchetterie, il est habituel de voir des brouettes métalliques dont la durée de vie moyenne ne doit pas dépasser quelques années. La brouette en bois pourrait éventuellement être réparée par un menuisier.

Le matériau bois / le matériau fer. Mais curieusement c’est le bois qui survivra au fer.

le sur mesure / le standard. En commandant sa brouette en bois, le client pouvait certainement demander des modifications. Je suppose qu’on ne faisait pas la même brouette pour un grand costaud ou pour un petit vieux.

La valeur : plusieurs visiteurs nous ont proposé d’acheter la brouette ancienne un bon prix. Elle a servi pour mettre en scène des bouquets à l’occasion d’un marché organisé dans les Jardins Sigalloux. Elle a servi pour des prises de vue du photographe de la revue Rustica qui a fait un cycle de reportages à paraître bientôt. Elle a été empruntée par l’association Perséphone pour un événement au Luc.

L’avenir : La brouette ancienne continue à servir très souvent. J’aime bien mettre mes mains sur ses poignées de bois à la courbure parfaitement ajustée et patinées par le temps. La brouette moderne sert souvent aussi mais la prendre en main n’a pas le même sens. Néanmoins la brouette moderne continue à évoluer parce qu’elle peut être motorisée avec un moteur thermique ou électrique, la roue unique est alors remplacée par 3 ou 4 roues ou encore des chenilles. Plus futuriste encore, la brouette robotisée (en fait un chariot) qui suit l’ouvrier et peut rejoindre seule sa destination.

Vous avez vu une balle ? Non, ça n’a rien à voir, c’est juste que Jody la met partout. Il est devenu à peu près impossible de faire une photo sans balle de tennis.

Il y a donc de l’avenir dans le monde de la brouette.

On peut dire de l’ancienne brouette en bois que c’est un objet « vertueux » parce qu’il a rendu d’innombrables services sans nuire à l’environnement. On sait qu’il y a aussi des objets vicieux. J’oserais dire que l’imprimante à jet d’encre est un objet « vicieux » parce qu’il est peu cher à l’achat mais très cher à l’usage et très rapidement obsolète, il passera l’essentiel de sa vie à l’état de déchet polluant.